L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


Les victimes des vaccinations ne méritent-elles pas plus de compassion ?

Publié par Barbara Loe Fisher sur 22 Décembre 2011, 16:48pm

Catégories : #Vaccins- Ce qu'il faut savoir-Effets secondaires

 

 

Barbara Loe Fisher compassion

 

  Barbara Loe Fisher, NVIC, 08/12/2011.  

 Pendant cette période de souvenir et de thanksgiving, je suis reconnaissante pour toutes les bénédictions dont ma vie a été remplie en y incluant également les périodes difficiles au cours desquelles j’ai appris que la confiance  et l’espoir pouvaient vaincre la peur et le doute. L’adversité peut nous rendre plus forts ; elle est également l’occasion d’éprouver et de manifester de la compassion pour aider d’autres à soulager leurs souffrances.

 

Quantités d’Américains se sont levés pour aider les victimes des tornades, des inondations, des tremblements de terre, de la pauvreté, de la violence et de la maladie.

Ces histoires de la souffrance humaine nous rappellent pourquoi il nous faut écouter notre conscience et agir avec compassion pour alléger la souffrance des autres.

 

La capacité d’éprouver de la compassion est un antidote à la cruauté, l’inégalité, l’injustice et la tyrannie.

 

Valoriser la vie individuelle, la liberté et la compassion

 

L’Amérique a été fondée par des immigrants. Ces hommes et ces femmes avaient personnellement souffert de l’oppression et de l’adversité ; ils savaient toute l’importance qu’il y a à traiter les personnes avec respect et compassion. La Déclaration d’Indépendance a souligné le droit de l’individu à la vie, à la liberté, à la poursuite du bonheur, à la liberté d’expression et de croyance religieuse. C’est toute cette importance de la vie individuelle qui fait partie de notre histoire et de notre culture qui nous a appris toute l’importance de la conscience et de la compassion.

 

Les victimes des vaccinations ne font pas l’objet de compassion

 

Bickel Porte

 

Il est tellement triste de voir ce qui se passe en Amérique aujourd’hui quand des bébés, des enfants, des adultes réagissent aux vaccins et deviennent des handicapés à vie ou même décèdent.

 

Quand des personnes en bonne santé souffrent de complications dues à des maladies infectieuses, elles sont traitées avec compassion. Mais quand des personnes en bonne santé souffrent d’effets secondaires des vaccinations, elles n’ont souvent pas la chance d’être traitées avec compassion. Très souvent les victimes de vaccinations se retrouvent une nouvelle fois victimes de ceux qui s’ingénient à nier la réalité de ce qui s’est passé ou se servent de justifications utilitaristes pour rejeter ces cas comme dégâts acceptables dans la guerre contre les infections et les maladies.

 

Les médias négligent de protéger les personnes handicapées par les vaccinations, comme les associations qui exigent plus de sécurité

 

La fonction vitale d’une presse libre, garantie par la Constitution manque à son devoir de protéger la santé et la vie des victimes de vaccinations, de défendre la liberté d’expression des citoyens qui plaident pour inclure la sécurité vaccinale, ainsi que la protection qu’assure le consentement éclairé dans les politiques de santé, ainsi que dans les lois. Alors que les maladies chroniques, les épidémies d’ handicapés détruisent non seulement la santé, mais aussi la stabilité économique de notre pays, les autorités sanitaires n’apportent pas de réponse et le jeu continue.

 

L’Institut de Médecine reconnaît des lacunes dans les connaissances ayant trait aux vaccinations

 

L’Institut de Médecine a publié cette année un rapport historique qui reconnaît que dans la littérature médicale la science qui traite des vaccins n’est pas de qualité suffisante pour pouvoir déterminer si oui ou non les nombreux vaccins administrés de routine aux enfants et aux adultes provoquent plus de 100 types différents de dysfonction cérébrale ou immunitaire.(49)

 

Il s’agit ici de troubles inflammatoires graves du cerveau et du système nerveux qui font partie de l’épidémie de maladies chroniques en Amérique et qui vont des troubles cardiaques et sanguins, de la mort subite du nourrisson, de l’asthme, de la sclérose en plaques, de la fibromyalgie, du Guillain Barré, de l’arthrite rhumatoïde, du lupus, du diabète et des encéphalites qui peuvent conduire à des crises, des difficultés d’apprentissage, ainsi qu’à l’autisme.

 

L’Institut de médecine reconnaît la susceptibilité biologique individuelle

 

Dans son rapport historique, l’Institut de Médecine reconnaît également qu’il existe des susceptibilités biologiques pré existantes qui rendent certains individus plus vulnérables que d’autres à des dégâts engendrés par les vaccinations, comme l’âge, l’état de développement au moment de la vaccination, des maladies ou autres problèmes environnementaux.(50)

 

Si des politiques et obligations vaccinales « passe partout » font courir des risques de complications et de décès à un nombre inconnu d’individus susceptibles, pourquoi y a-t-il si peu de médecins qui s’occupent du problème pour pouvoir y apporter des solutions ?

 

Des médecins refusent de soigner des familles

 

Il est troublant de voir des médecins que nous avons toujours considérés comme les être les plus remplis de compassion, se détourner froidement des familles qui s’interrogent sur la politique gouvernementale qui exige que l’on administre 69 doses de 16 vaccins aux enfants. Les familles qui souhaitent choisir ou postposer des vaccinations, se voient refuser tout assistance médicale, même si leurs enfants ont déjà connu des réactions aux vaccins, ont été atteints de maladies chroniques ou sont restés handicapés après des vaccinations et pourraient voir aggraver leur état de santé si d’autres vaccins leur étaient administrés.

 

Quel manque d’éthique !

 

Les médecins se permettent de dire à des employés : faites-vous vacciner ou perdez votre emploi !

 

Il est vraiment choquant que des professionnels de santé soient menacés par des médecins qui dirigent des hôpitaux et des Centres Familiaux. Si ce personnel médical n’obéit pas aux ordres et ne se fait pas vacciner contre la grippe, ils perdent leur poste, même s’il s’agit de femmes enceintes ou de personnes ayant déjà mal réagi à de précédentes vaccinations, de personnes dont l’état de santé pourrait s’aggraver si elles recevaient de nouveaux vaccins.

 

Quelle cruauté !

 

Les médecins privent les parents de leur droit légal de prendre des décisions au sujet de leurs enfants mineurs

 

Il est très dur d’accepter que des médecins auxquels nous avons accordé toute notre confiance exercent des pressions sur le législateur pour faire passer des lois qui nous empêchent de prendre des décisions par rapport aux risques médicaux pour nos enfants de sorte que des enfants mineurs doivent être vaccinés sans que les parents soient informés ou puissent donner leur consentement.

 

Quel danger !

 

Les Associations médicales financées par les compagnies pharmaceutiques attaquent les défenseurs de la sécurité vaccinale

 

Il est vraiment effrayant de se rendre compte que des associations médicales ou que des médecins financés par l’industrie pharmaceutique montent des campagnes de désinformation pour diaboliser les défenseurs de la sécurité des vaccins et ne se gênent pas pour censurer l’information sur la santé et la vaccination de sorte que le public Américain n’a plus la possibilité de donner un consentement éclairé au sujet des vaccinations.

 

Quelle ignorance !

 

Les grands médias facilitent les attaques dont sont l’objet les défenseurs de la sécurité vaccinale

 

Il est véritablement tragique de constater que les grands médias favorisent les attaques officielles  contre les victimes des vaccins, comme contre ceux qui appellent à prendre leurs distances par rapport aux vaccins obligatoires « passe-partout » qui punissent les personnes qui sont biologiquement vulnérables suite aux gènes dont elles ont hérité.

 

Quelle cruauté !

 

Les fabricants de vaccins et les médecins qui les administrent exempts de toute responsabilité

 

En 1986 le Congrès a voté une loi reconnaissant que les vaccins peuvent provoquer et provoquent des dommages cérébraux, comme des dommages au système immunitaire, et qu’il faudrait pousser plus loin les recherches afin de pouvoir protéger les individus par rapport à des dommages ou à des décès. Le Congrès a protégé les compagnies pharmaceutiques qui vendent des vaccins et les médecins qui les administrent de toute poursuite judiciaire quand une personne est gravement handicapée ou décède après avoir été vaccinée.

 

Pourquoi donc les médecins qui sont protégés contre toute responsabilité, refusent-ils de traiter avec compassion les enfants handicapés, ainsi que leurs familles ? Pourquoi refusent-ils de comprendre la nécessité qu’ont les parents de pouvoir jouir de la liberté de se protéger eux et ceux qui leur sont chers des dommages causés par les vaccins ?

 

L’absence de compassion conduit tout droit à l’exploitation

 

En entrant au musée de l’holocauste à Washington, D.C., vous pouvez de suite voir cette inscription : «  Les premiers qui périrent furent les enfants…C’est pourtant de ces enfants qu’aurait pu naître une nouvelle aurore. »

 

Dans toute société, la perte de compassion et de liberté s’installe toujours quand le peuple se désintéresse de ceux qui, au pouvoir, justifient l’exploitation d’une minorité vulnérable qu’ils font passer pour être bénéficiaire à la majorité.

 

Les médecins remplis de compassion contribueront à réduire le nombre des victimes des vaccinations

 

Pendant cette saison de souvenir et de thanksgiving, je prie pour que les médecins qui fabriquent, vendent, contribuent à la promotion des vaccins réfléchissent à la manière dont ils traitent les victimes des vaccinations, ainsi que leurs familles. Je prie pour que ces personnes puissent trouver dans leurs cœurs le moyen de transformer la peur, la colère, le doute et les préjugés en compassion. Je prie pour qu’ils puissent prendre les mesures nécessaires pour faire diminuer le nombre des complications vaccinales au lieu de les négliger en les attribuant à des « coïncidences ».

 

Voir l’interview vidéo en anglais au même lien.

 

http://www.nvic.org/NVIC-Vaccine-News/December-2011/The-Vaccine-Injured--Where-Has-Compassion-Gone-.aspx

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents