L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


Le taux de Césium chez les thons rouges

Publié par Sylvie Simon sur 22 Juin 2012, 11:00am

Catégories : #Nucléaire-Radioactivité

3723695257_2a7cda2981.jpgUne étude américaine publiée en ligne par la revue Proceedings of the National Academy of Sciences le 29 mai 2012, des thons rouges pêchés en Californie à peine quelques mois après l'accident de Fukushima auraient transporté des matériaux radioactifs du Japon vers la côte pacifique des Etats-Unis. Lorsqu’on a prélevé des échantillons de muscles sur 15 thons du Pacifique pêchés au large de San Diego en août 2011, leurs taux de césium 134 et de césium 137 étaient dix fois plus élevés que dans les thons rouges du pacifique prélevés avant le séisme du 11 mars 2011 et la catastrophe de

Fukushima-Daiichi. Ces poissons avaient auparavant passé un ou deux ans dans les eaux japonaises avant de migrer vers l’Est.

Des analyses complémentaires ont également été réalisées sur des thons albacores ne fréquentant que les eaux du Pacifique Est durant leur vie. Aucune élévation anormale de la quantité de césium n'a été observée après le drame du 11 mars 2011, contrairement aux thons rouges. Cela confirme bien le lien avec la catastrophe.

Le césium 137 est présent dans l'eau de mer en raison des essais nucléaires réalisés par différents pays. En revanche, la présence de césium 134, dont la durée de vie est très courte (deux ans), est probablement liée à l'accident de la centrale nucléaire japonaise.

Cette étude démontre que des espèces migratrices agiraient en tant que vecteurs biologiques pour ce type de pollution et sont capables de la transporter sur plusieurs centaines de kilomètres.

Les auteurs de cette étude ont tout de même tenu à préciser que les taux de césium décelés sont très faibles. La consommation ne présente aucun risque pour la santé des consommateurs car les niveaux observés sont en-dessous de la limite de sécurité japonaise et inférieurs aux niveaux d'autres éléments radioactifs naturellement présents dans le thon comme le potassium-40 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents