L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


La télévision française, qui prétend nous informer, participe à la désinformation générale

Publié par Sylvie Simon sur 15 Octobre 2012, 10:20am

Catégories : #Gaz et Pétrole de Schiste

2556781651_814c694a66.jpgUne nouvelle fois, la télévision française, qui prétend nous informer, participe à la désinformation générale

 

à la fin du mois d’août 2012, une journaliste de France 2, Lucie Boudaud, a contacté No Fracking France, dont Elisabelle Bourgue est la présidente, qui organisait à cette date un voyage d’études sur le gaz de schiste au Québec et avait alors proposé à des journalistes de l’accompagner pour recueillir des informations et des contacts sur le sujet du gaz de schiste.

La délégation de No Fracking France a accepté de collaborer avec la journaliste de France 2 et d’emmener cette équipe de tournage sous la condition qu’elle restitue la réalité de ce qui se passerait sur le terrain et rapporte le vécu des populations rencontrées, dont les témoignages d’habitants lésés par l’industrie du gaz de schiste au Québec, ainsi que les conférences scientifiques qui constituaient la thématique de ce déplacement outre atlantique. No Fracking France a permis à l’Équipe journalistique de France 2 d’être omniprésente durant les différentes rencontres et sur les différents sites visités, de rester aux avant-postes des interviews, des rencontres, des sites visités, se privant parfois du bénéfice des échanges pour laisser une large place à la caméra et à la prise de son.

Le fait de se mettre en bonne position devant chaque événement a forcément porté préjudice au bon déroulement de l’étude de la délégation française comprenant des citoyens, des élus et des scientifiques, soit 20 personnes, parties en mission d’information.

4693284254_e3f1422c34.jpgToutefois, André Picot, chimiste, directeur de recherche au CNRS, président de l’ATC (Association Toxicologie-Chimie), auteur du Rapport sur les exploitations d’hydrocarbures de roche mère, Séverin Pistre, hydrogéologue, co-auteur d’un rapport de l’Université Hydrosciences sur les risques géologiques liés aux exploitations de gaz de schiste, le Dr Alain Ducroux, chirurgien hospitalier, se sont exprimés face à la caméra de France 2 avec des arguments scientifiques implacables et fondés qui confondent les lacunes de cette industrie du gaz de schiste.

 Tout ceci a contribué à une vaste mascarade car l’émission « Complément d’Enquête » du jeudi 20 septembre a diffusé un reportage uniquement axé sur la personnalité d’un élu du Lot et Garonne, Monsieur Raymond Girardi. Après avoir vu le reportage d’Antenne 2, Michel Esteban, Conseiller Général de Lot et Garonne qui a participé au voyage a crié au scandale : « Les “Guignols” ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Il est décevant que des journalistes qui nous ont accompagnés quelques jours et uniquement au Québec soient passés à côté de l’essentiel sur le sujet des Gaz de Schiste, tout cela pour faire “de l’évènement”.

« Passer à coté d’une mission “neutre” du Conseil Général de Lot et Garonne n’était certainement pas le but du reportage,  si j’ai bien compris,  mais alors pourquoi nous faire perdre notre temps ? Passer à coté de scientifiques et professionnels de santé qui nous ont accompagnés avec l’association “No Fracking International” est encore plus inadmissible ! Avoir leur simple avis eût été la moindre des choses  pour enrichir le débat ! Ce ne fut pas le cas. Et nous ressortir de la poussière un Claude Allègre pour nous dire qu’il y a des trains qui déraillent … C’était affligeant ! »

L’équipe de « No Fracking France » a déploré le préjudice occasionné par ce piètre reportage à la délégation de 7 élus du Conseil Général 47, qui s’étaient inscrits en toute indépendance au voyage et souhaitaient adopter la plus grande discrétion au sujet de leur mission, afin de conserver leur crédibilité. Il n’était pas envisageable de ne filmer qu’un personnage et encore moins de montrer aux téléspectateurs français la vision d’un maire qui serait parti « seul » s’informer aux États-Unis des dangers de l’exploitation du gaz de schiste. France 2 a livré aux téléspectateurs une belle mascarade de reportage, d’autant plus que c’est à son retour que Monsieur Raymond Girardi a été filmé chez lui sur son exploitation agricole, et non avant de partir, comme cela est montré dans le documentaire, et France 2 a accompagné la délégation française sur sa première étape au Québec mais ne s’est pas déplacée jusqu’en Pennsylvanie. 

81766440_ee1bf84b5e.jpgC’est ainsi que l’équipe journalistique de France 2, omniprésente sur les différentes rencontres et sur les différents sites visités, n’a rien retransmis de ce qu’elle a pourtant filmé en intégralité. La journaliste de France 2, Lucie Boudaud, n’a pas respecté ses engagements de départ et, jointe par téléphone, elle a déclaré être totalement désolée et avoir été dépossédée de son reportage.

Ce dernier démontre une évidente malhonnêteté intellectuelle qui sévit sur les télévisions françaises et il ne fait aucun doute pour les participants que l’intention était volontaire de la part de la rédaction de France 2 de ne pas avoir expliqué le souci d’objectivité de cette délégation française en mission scientifique indépendante et de ne pas avoir cité le nom de l’association initiatrice « No Fracking France ». Il en est de même pour les informations de scientifiques indépendants qui  auraient pu expliquer la situation de manière objective sur ce sujet tant controversé de l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, et sur la problématique de la fracturation. Ce ne peut être un oubli ! Mais c’est une honte pour l’information en France !

Et « No Fracking France » dérange d’autant plus que l’association attire un public plus large que l’unique public « écologistes » au sens où l’entendent les médias. Une opposition aux gaz et pétrole de schiste dont on laisse à penser qu’elle aux seules mains des « écologistes partisans » avec des politiciens sur qui les projecteurs sont systématiquement braqués pour justement entretenir cette marginalisation. La présence d’Eva Joly sur le plateau  de « Complément d’Enquête » ce soir là, et la présence de José Bové dans le reportage polonais, visent à entretenir volontairement l’idée que les opposants sont des écologistes partisans, ce qui est très réducteur et véritablement mensonger.

4193637290_f83621432a.jpgLa problématique de la fracturation concerne tout le monde. C’est une cause d’intérêt général, et non la cause des politiciens écologistes qui fait l’affaire des Compagnies gazières et pétrolières. Un nombre impressionnant d’habitants en zone rurale notamment se mobilisent pour défendre leurs territoires et n’appartiennent pas aux rangs militants écologistes, avec des têtes d’affiches politiciennes. Et comme le précise Elisabelle Bourgue, quant à proposer comme contradicteur principal « Claude Allègre et sa provocation en fond de commerce, décidément nous rejoignons l’analyse de Monsieur Estéban,  la réalité des Guignols de l’info a dépassé la fiction et cela nous fait bien moins rigoler ! »

De toute manière, personne n’est dupe et il n’existe pas de « fracturation propre » de la roche-mère, on ne le répètera jamais assez, toute fracturation étant un assassinat.

 

Pour en savoir plus :

No fracking france.fr

http://michel-esteban.over-blog.com/article-les-guignols-de-l-info-110435267.html


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents