L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


Servier : Nora Berra, secrétaire d'état à la Santé, vole à son secours

Publié par Sylvie Simon sur 21 Novembre 2010, 13:26pm

Catégories : #Dérives Science- Laboratoires

 Nora-Berra.jpgDans un article récent, nous citions le discours de notre Président tandis qu’il décorait Jacques Servier en le qualifiait de « grand Français ». Ce dernier a bien confirmé la collusion entre les hommes politiques et les laboratoires en déclarant, au sujet du scandale du Mediator : « Je me demande si on ne veut pas embêter le gouvernement ». Et, avec un semblant de naïveté il a ajouté : « Nous sommes sidérés, stupéfaits par le chiffre de 500 décès avancés par les autorités sanitaires ! C'est à se demander si cette affaire est une fabrication ».

 Est-il vraiment très fatigué ou pense-t-il berner ses auditeurs en affirmant avec aplomb que son médicament n'a pas suscité « la moindre plainte » et en niant toute influence sur les autorités sanitaires. « L'idée d'une collusion avec l'Agence nous fait sourire » (cf. Le Monde du 20 novembre), alors que l’Afssaps a exagérément tardé à interdire ce médicament pourtant mis en cause dès 1997.  

Si c’était vrai, comment pourrait-on expliquer l'intervention de Nora Berra qui remet en cause des études de la CNAM et de l'Afssaps. Ce médecin qui a travaillé pour trois laboratoires, dont Sanofi, entre 1999 et 2009, et estime que « c’est un atout », déclarait mardi : « il faudra voir la relation d'imputabilité entre le médicament et ses effets » alors que le doute ne peut exister.

Et jeudi 18 novembre, sur le plateau du Grand journal, la secrétaire d'état à la Santé semblait peu à l’aise sur la question de l'indépendance de l’Afssaps, ce qui est très compréhensible.

« Madame Berra confirme ce que dit Servier », a confié à Reuters Gérard Bapt, député PS de Haute-Garonne, et médecin cardiologue. « Je demande au Premier ministre de constater qu'il s'est trompé en la nommant à ce poste-là. S'il ne veut pas s'encombrer d'un nouveau conflit d'intérêts, il doit s'en séparer... »

Bien que Nora Berra ait qualifié les propos de Gérard Bapt d'« insinuations malveillantes » et de « polémique politicienne stérile », il a raison. On arrive à se demander pourquoi nos dirigeant actuels ont échangé notre Roseline qui devenait très encombrante à la Santé avec ses conflits d’intérêts, contre cette autre déléguée des laboratoires qui risque d’être pire parce qu’elle ne fait pas rire. à notre époque où tous les scandales, sanitaires ou politiques semblent ressortir, où les conflits d’intérêts font la Une des journaux, où nos politiques devraient plus que jamais rester au-dessus de tout soupçon, comme la « femme de César », il était bien maladroit de choisir ce médecin comme  membre du nouveau gouvernement.

En effet, dans Libération.fr du 15 novembre, Éric Favereau posait la question de son intégrité : « Deuxième interrogation, ses liens cocasses avec l’Assurance maladie. Récemment, le Canard Enchainé l’avait épinglé  sur l’utilisation très particulière qu’elle avait faite des arrêts maladie sur plusieurs mois en 2008. Élu à Lyon, Nora Berra a été, du 23 mai au 6 novembre, en arrêt maladie, mais elle a continué d’assister aux conseils d’arrondissement et aux conseils municipaux, ce qui lui a notamment permis de continuer de toucher ses indemnités d’élue. Un enquêteur de la Sécu avait relevé que “la caisse serait fondée à demander restitution des prestations journalières fournies”. Mais selon le Canard, après discussion avec le directeur adjoint de la CPAM lyonnaise, un simple courrier d’avertissement a été préconisé… Quand on  avait interrogé Nora Berra sur cette question, elle s’était défendue en parlant de dénonciation calomnieuse. »

Pour sa part, Mediapart du 20 novembre, signale que Nora Berra annonce au moins 10 publications scientifiques à son actif. « Des articles finalement assez difficiles à trouver puisque le très honorable moteur de recherche pubmed, réputé pour les repérer, n’en trouve que trois. Un péché par omission qui pourrait bien ne par être le seul »

Enfin dans son article, Éric Favereau signalait : « Déjà que les rapports entre les pouvoirs publics et les labos sont compliqués et parfois tendus, il sera intéressant de voir comment Nora Berra va s’en dépêtrer. à moins qu’elle ne décide de laisser ce sujet à Xavier Bertrand, en raison de ses liens passés. »

Peut-être, mais n’oublions pas le commentaire de Pharmacritique le 14 juin 2008 concernant la mise sur le marché du Gardasil qui a fait couler depuis lors beaucoup d’encre : « Chapeau bas à Andrea Kdolsky ! On aimerait avoir un tel ministre qui s'intéresse vraiment à la santé des gens et non à l'augmentation des profits des firmes pharmaceutiques. Quand on pense à Xavier Bertrand, qui avait accéléré la mise en place de la vaccination et le remboursement du Gardasil, décidant tout seul — enfin, le lobby n'était certainement pas loin... — plusieurs mois avant que les “autorités” sanitaires compétentes ne se prononcent sur les dimensions scientifiques... Il n'y a pas photo... »

Qui parle de Conflits d’intérêts ?

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents