L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


L'Overdose vaccinale

Publié par Sylvie Simon sur 26 Avril 2013, 15:56pm

Catégories : #Société - Corruption - Dérives- Scandales Sanitaires

2984048103_5d4b5140ea.jpgL'Overdose vaccinale

Jean-Pierre Auffret, consommateur qui est passionné par l’étude des vaccins et de leurs effets, secondaires ou non, se défend d’être un spécialiste de la question, mais il la connaît bien mieux que la plupart de nos « experts » autoproclamés.

Il a écrit à notre ministre de la Santé une lettre que nous publions ici :

 

Madame le Ministre, 

Mesdames, Messieurs les Sénateurs,

 

En cette semaine européenne de la vaccination, un débat sur la politique vaccinale doit avoir lieu ce mardi 23 dans l’après-midi (inscriptions de parole ce lundi 22 avril, jusqu’à 17 heures).

 

La presse mentionne une « plateforme sur la vaccination » promue par les industriels du secteur à travers leur groupe LEEM Vaccins : cette plateforme n’est apparemment pas disponible sur internet.

J’aurais été heureux notamment de la comparer au Programme National pour l’Amélioration de la Politique Vaccinale (PNAPV), à l’élaboration duquel ceux-ci ont participé.

D’autre part, une commission d’enquête du Sénat a récemment rendu un rapport sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé : je pense que ce rapport aura permis de constater que, contrairement à certaines idées répandues, la remise en cause des vaccinations n’est pas le fait de sectes, même si diverses inspirations plus ou moins rationnelles peuvent aboutir à cette position.

Je regrette que cette commission, non plus que celles qui ont participé à l’élaboration du PNAPV, n’ait pas ouvert ces travaux aux utilisateurs ou consommateurs, parfois forcés par la loi ou par certaines autorités, de cet acte médical dont on ne saurait ignorer les risques immédiats ou à plus long terme : par exemple, ceux liés aux adjuvants aluminiques.

Les objectifs de couverture vaccinale de la loi de 2004, appuyés parfois par la politique de prime à la performance (P4P), sont loin d’être atteints sans compromettre notre santé publique. Et, pour ne prendre que cet exemple, la récente saison de grippe avec une faible couverture vaccinale, qui plus est par un vaccin « peu efficace » selon les spécialistes, a démontré qu’il n’y avait pas lieu de renforcer une pratique onéreuse, sinon dangereuse : pourtant, en 2009, un député n’avait pas hésité à suggérer (de son propre chef ?) une systématisation de la vaccination contre la grippe dès l’âge de 50 ans.

Parallèlement l’expérience de nos partenaires européens moins portés sur la vaccination confirme, s’il en était besoin, que nous pouvons sans risque de santé publique, nous en tenir à la seule pratique individualisée de cet acte médical.  

J’espère donc que ce bref débat contribuera à la prochaine suppression des obligations vaccinales ainsi que l’envisage le PNAPV. 

Confiant dans la suite de votre action, je vous prie d’agréer, Madame le Ministre, l’expression de mes meilleures salutations.

 

Cette lettre coïncide avec la seconde partie de l’ordre du jour du 23 avril fixé par le Sénat sur la politique vaccinale de la France à la demande de la commission des affaires sociales et du groupe socialiste.

Alarmés par la baisse des vaccins, les industriels de la santé estiment que la confiance dans la vaccination « diminue », même si l'adhésion de la population à la vaccination demeure   « globalement satisfaisante ». En outre, ils déplorent que les objectifs de couverture vaccinale fixés en 2004 soient « loin d'être atteints en 2012 pour la plupart des vaccinations ». Ils appellent donc à multiplier les lieux de vaccination et « d'information », particulièrement à l'école et en médecine du travail.

Ils souhaitent aussi la mise en œuvre de consultations de prévention, et la généralisation des « coupons de vaccination » pour toutes les personnes à risques, afin de « créer les conditions propices au maintien d'une production forte sur le territoire ». Pour celà, le Leem (entreprises du médicament) souhaite que le Conseil stratégique des industries de santé (CSIS) se dote d'un groupe de travail spécifique sur la filière vaccins, et propose que se tienne courant 2013 un forum sur les essais cliniques industriels, pour développer les atouts de la France en matière de recherche, « combattre les préjugés » et « faciliter les modalités d'accès » à la vaccination.

Les sénateurs n’avaient guère besoin de tant d’encouragement à pousser la politique vaccinale, mais il faut espérer que cette  hystérie va confirmer le proverbe « Qui trop embrasse mal étreint » et que la gourmandise des laboratoires va calmer l’appétit des consommateurs qui finiront par être dégoûtés d’avoir trop consommé. 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents