L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


L'hormone de croissance sert aussi aux sportifs

Publié par Sylvie Simon sur 18 Décembre 2010, 15:28pm

Catégories : #Spécial Mère-Enfant : Vaccins- Maladies-Troubles

5206426879_45b24ab07b.jpgPuisque l'hormone de croissance fait la Une des journaux, il faut savoir qu’elle est aussi utilisée pour le dopage des sportifs. Or, entre 2003 et 2004, les morts subites se sont multipliées sur les stades et une véritable hécatombe menaçait les sportifs.

A cette époque, dix sportifs professionnels sont morts en dix mois. Marco Pantani, Italien de 34 ans, a été retrouvé inanimé dans une chambre d'hôtel, Johan Sermon, cycliste belge de 21 ans, est décédé d’un arrêt cardiaque dans son sommeil ainsi que Fabrice Salanson, 23 ans, espoir du cyclisme français. Michel Zanall, 35 ans, ancien cycliste professionnel hollandais est, lui aussi, décédée d'une crise cardiaque.

1997_09.jpgLe cycliste José Maria Jimenez, 32 ans, est décédé dans une clinique à Madrid. Marco Rusconi, 24 ans, espoir du cyclisme italien s'est écroulé sur le parking d'un centre commercial près de Côme et le Géorgien Shalva Apkhazava, 23 ans, a été retrouvé mort dans sa chambre du centre d’entraînement. Quant à Raimond Jumikis, 23 ans, basketteur international letton, Miklos Feher, Hongrois de 24 ans, et Marc-Vivien Foé, 28 ans, ils se sont écroulés au cours d’un match.

Coïncidence ? « Mort naturelle » par arrêt cardiaque, ont conclu les autopsies. Mais le Pr Jean-Paul Escande, spécialiste de la lutte contre le dopage, ne semble pas d’accord avec ces conclusions. Il avait alors confié au journal Le Monde : « Ces morts sont les conséquences médicales du dopage de l'entraînement qui transforme l'organisme de façon considérable. Pourquoi refuse-t-on par exemple les études sur les effets de l'hormone de croissance sur le cœur du sportif ? Parce qu'on ne veut pas savoir ».

Les spécialistes du dopage s’accordent pour reconnaître que l’administration d'hormones de croissance ou d'anabolisants peut entraîner, à moyen ou à long terme, des troubles pathologiques de l'appareil cardio-vasculaire. Chez un sportif déjà en proie à une malformation cardiaque, le cocktail peut être d'autant plus explosif.

« Les stéroïdes et les corticoïdes ont un effet hypertrophique sur la taille du cœur, signale le Dr Cohen-Solal, et l'autopsie ne permet pas de distinguer si l'épaississement de ses parois est dû à une cardiopathie hypertrophique ou le résultat de la prise de produits dopants. »

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents