L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


Gardasil : Julie après l'injection du vaccin on me diagnostique la maladie de Verneuil

Publié par Julie CASELLAS-LEGNANI sur 30 Novembre 2011, 10:33am

Catégories : #Vaccin Gardasil-Cervarix Danger

217670_168578526529026_100001306393647_351372_2815799_s.jpgVoici mon "historique" depuis ma vaccination avec le Gardasil, le 18 février 2008...

 

Avant ce jour, j'étais une adolescente lambda, sans souci de santé. 15 jours après la 1ère injection, j'ai constaté qu'une boule, ou un abcès, s'était manifesté dans mon aisselle...

Après l'échec des antibiotiques prescrits par mon médecin qui pensait a un poil sous peau, et comme il avait beaucoup grossi, il a fallu m'hospitaliser et m'inciser, pour mécher la plaie. Une semaine plus tard, un nouvel abcès apparait sous mon autre aisselle... , re-hospitalisation. à l'apparition du troisième, le chirurgien refuse d'opérer et m'envoie consulter une dermatologue à l'hôpital de la Conception, à Marseille.

223321_1737804685483_1249593902_31516302_3208177_s.jpgCelle-ci diagnostique une maladie de Verneuil, maladie orpheline cutanée. Elle m'explique que cette pathologie se présente principalement par des abcès situés dans les plis du corps où l'on trouve des poils (aines, aisselles, coccyx, plis des seins, derrière des oreilles...). à partir de ce jour là, ma vie a changé ! Ma mère a commencé à se poser des questions sur le fait que 15 jours (temps d'incubation d'un vaccin) après la vaccination, cette maladie soit apparue si soudainement. Bien entendu, je n'ai pas fait les deux injections suivantes....

Depuis presque 4 ans, j'ai été opérée deux fois des aisselles, deux fois du coccyx, (la plaie a mis 18 mois à cicatriser), et des abcès et plaies se disputent mes aisselles, mes aines, mon coccyx et ma poitrine. Tous les jours SANS INTERRUPTION j'ai a faire des soins infirmiers douloureux, les plaies ne guérissent pas, et m'empêchent de travailler, ou même de faire les gestes les plus simples de la vie courante comme me laver le dos ou les cheveux, m'habiller seule et mettre des tenues normales.

223331_1737803685458_1249593902_31516300_2382585_s.jpgPour ce qui est de la maladie de Verneuil, elle est génératrice de stress, ce qui me vaut, en plus, de souffrir d’épilepsie du sommeil, classique dans ces cas-là, ainsi que de tachycardie, ce qui m'oblige, en plus des antibiotiques, à prendre un traitement anti-épileptique et un ralentisseur du rythme cardiaque. L'effet de tous ces médicaments est une fatigue chronique qui s'ajoute à celle de la maladie de Verneuil...

Pour le reste, dès que ma mère a commencé à faire part de nos soupcons vis-à-vis du vaccin et de l'apparition de la maladie aux différents médecins, ils ont tous eu une réaction identique : le refus total d'établir une causalité quelconque entre les deux... sauf un interniste qui, dans l'intimité de son cabinet, nous a avoué que « ce ne serait pas la première fois qu'un vaccin déclencherait une saloperie ».

 

Aujourd’hui, comme Mélanie et les autres filles qui composent notre petit groupe, je n'ai de cesse de me mobiliser contre ce massacre autorisé par les autorités sanitaires et l'État français, alors que de plus en plus de médecins européens, américains ou australiens se lèvent pour demander l'arrêt de cette vaccination outrancière et injustifiée...

Je n'ai pas de vie sociale, privée ou professionnelle, je souffre l'enfer quotidiennement, et je n'ai pas d'avenir car cette saleté m'a déclenche une maladie qu'on ne guérît pas !

 

J’espère que mon témoignage pourra vous aider et je vous remercie de vous impliquer dans notre combat.... je reste bien entendu a votre disposition pour des renseignements complémentaires dont vous pourriez avoir besoin, et je vous souhaite une bonne fin de journée...

 

Julie CASELLAS-LEGNANI 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents