L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


Information ou désinformation ?

Publié par Sylvie Simon sur 12 Novembre 2010, 17:07pm

Catégories : #Livres et Préface

 

info-desinfo

 

 

La manipulation médiatique et

politique en matière de santé

  

Préface de Corinne Lepage

Ancien Ministre

Présidente de CAP21

 

L’ouvrage de Sylvie Simon devrait déclencher de vastes débats et controverses, dans la mesure où il soulève des problématiques qui sont au cœur de la société contemporaine. Certains, piqués au vif ou mis en cause, souhaiteront peut-être réagir sur tel ou tel aspect technique sur lesquels je n’ai ni la compétence ni le désir de me prononcer. En revanche, le vrai débat devrait être celui des conditions de l’information, sa conception, sa diffusion son contrôle. La manipulation médiatique présente un intérêt particulier lorsqu’elle s’applique à la médecine, non seulement parce qu’il s’agit de santé publique et donc de la vie des humains, mais encore parce ce domaine pèse d’un poids économique, financier et éthique tout à fait majeur. Or, les conflits d’intérêts, voire la simple méconnaissance de la règle de déclaration d’intérêt, le sort bien connu réservé aux lanceurs d’alerte, voire aux chercheurs trop « indépendants » et surtout les innombrables méthodes utilisées pour convaincre les décideurs des plus humbles aux plus importants de l’excellence d’un produit ou d’une technique constituent autant de risques à la fois pour les finances publiques, la santé publique et la démocratie.

 

Le sujet recèle un intérêt tout particulier dans notre pays qui pourrait figurer au livre Guiness des records pour l’importance cumulée des crises sanitaires meurtrières, de la consommation médicamenteuse et du trou abyssal de la sécurité sociale. L’auteur donne une grille de lecture de cet état de fait incontestable, même si, effectivement ses origines et les liens qui peuvent être établis entre ces trois manifestations pathologiques sont sujets de discussion. Mais, ils présentent au moins un point commun : la faiblesse des contre–pouvoirs dans notre pays qui ne permet pas au dialogue démocratique de pouvoir se nouer avec un minimum d’égalité des armes.

Cette faiblesse ne se traduit pas seulement par une justice dont la pauvreté des moyens et les politiques pénales successives ont eu pour objet et pour effet de réduire les velléités d’assurer la primauté de l’état de droit sur les relations personnelles et le clientélisme. Elle ne se traduit pas seulement par un monde associatif, parcellisé, mal organisé et surtout démuni. Elle se traduit surtout par une immense difficulté à accéder à l’information et à l’expertise scientifique indépendante.

Or, dans l’univers ouvert et mondialisé qui est le nôtre, la contrepartie indispensable de la liberté des échanges doit être celle de l’information, qui n’est ni la communication ni a fortiori la désinformation ou la manipulation de l’information. Sans cette contrepartie, pas de liberté du consommateur qui n’est plus qu’un objet et non un sujet et qui est mu par la publicité et la désinformation et non par sa propre réflexion .

Sans cette contrepartie, pas de choix public pertinents, fondés sur une connaissance précises des coûts et des avantages des différents produits et techniques possibles, permettant à la fois une gestion rigoureuse des fonds publics et une politique optimale de santé publique. Sans cette contrepartie, pas de politique de prévention et a fortiori aucune politique de précaution possible.

C’est dire l’intérêt du sujet traité de manière courageuse par l’auteur. Formulons le vœu qu’au delà des vagues ponctuelles que cet ouvrage suscitera peut-être, le débat de fond ne soit, pour une fois, pas escamoté.

 

Corinne LEPAGE
Ancien Ministre

Présidente de CAP21

 

 

Argumentaire

 

À notre époque où l’information abonde, jamais le citoyen n’a été aussi désinformé et manipulé par les médias. Nombre d’ouvrages dénoncent les mensonges politiques et économiques, mais bien peu traitent de la désinformation médicale ou scientifique, car ces sujets sont tabous.

Sylvie Simon révèle ici des vérités que s’évertuent à nous cacher les compagnies multinationales qui gèrent la planète mais sont incapables de prévoir comment et pourquoi leurs brillantes inventions actuelles deviendront les prochains scandales. En effet, la simple logique leur échappe, occultée par les impératifs économiques qui transforment la science en source de profits.

Cet ouvrage compare les propos officiels avec les risques que nous font encourir les industriels — fabricants de médicaments, pesticides, herbicides, poisons contaminants, OGM — et la persistance méprisante de leur mainmise sur l’économie et la politique de santé. Il dévoile les tracas que subissent ceux qui essaient de les dénoncer et démontre que nous devrions développer la désobéissance civique, en refusant de reconnaître aux Pouvoirs Publics le droit de nous imposer ce qu’il estime bon pour nous au nom de la solidarité publique. La désobéissance aux « ordres » est une arme efficace que n’apprécient ni les laboratoires ni les gouvernements qui les cautionnent.

 

 

 

 

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents