L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


Gaz de schiste : Claude Biwer, le VRP de Total au Sénat

Publié par Elisabelle Bourgue Sylvie Simon sur 7 Juin 2011, 21:07pm

Catégories : #Gaz et Pétrole de Schiste

1952300-2686008.jpgTémoignage d’Elisabelle Bourgue, membre du collectif citoyen contre le gaz de schiste qui a rencontré Claude Biwer, sénateur Nouveau Centre de la Meuse, dans le salon des conférences du Sénat, le 1er juin 2011.

C’est lui qui est à l'origine de trois amendements majeurs qui visent principalement à autoriser la fracturation.

« Je l'interpelle et lui demande s'il serait d'accord pour s'entretenir avec notre petit groupe de citoyens, invités à assister à la Séance sur les hydrocarbures de schiste. Il accepte.

« Je suis accompagnée d'Aymeric de Valon, membre du collectif citoyen du Lot, Julien Renault, membre du collectif citoyen Ile de France et Maurice Rabache, toxicologue, co-auteur avec André Picot du bilan toxicologie-chimie sur les hydrocarbures*.

« Nous lui demandons d'être explicite sur cet amendement et cette prise de position en faveur de l'exploitation des gaz et huiles de schiste, à des "fins scientifiques"....

« Un débat s'amorce alors : "Vous n'avez pas voulu des OGM, ils sont malgré tout présents dans vos assiettes", autrement dit, nous les subissons sans en tirer profit. "La Pologne exploitera les gaz de schiste, donc les pollutions si elle doivent être avérées... Nous les subirons, malgré nous". Autrement dit, quitte à subir la pollution incontournable, autant en tirer profit …

« À la question : “avez-vous eu des contacts avec les compagnies pétrolières” Claude Biwer  répond : "c’est normal de rencontrer tous les acteurs, je connais bien ce domaine, j'y ai eu des responsabilités, j'ai participé à l'entrée de Total en Russie."

« À bon entendeur salut. Le lobby des pétroliers est ainsi relayé au Sénat par l’Union centriste et l’UMP.  

Elisabelle Bourgue

http://atctoxicologie.free.fr/archi/bibli/BILAN_TOXICOLOGIE%20_CHIMIE_GAZ_DE_SCHISTE.pdf


Commentaire de Sylvie Simon :

Le sénateur, qui est agriculteur de son métier, ne s’explique pas « comment la contestation populaire a pu être aussi forte », et a proposé de « faire confiance aux scientifiques. C’est ainsi que nous avancerons, tranquillement mais sûrement. Laissons l’expérience se faire, soutenons la recherche au lieu de la déclarer mort-née ».

Ces déclarations ont évidemment été appréciées par les directions de Total et GDF Suez, qui espèrent encore obtenir l’autorisation de l’exploitation des gaz de schiste sur le territoire français, et qui comptent aussi sur le soutien de François Fillon et d’Éric Besson des alliés de poids.

On pourrait se questionner sur l’indépendance de Claude Biwer par rapport aux pétroliers, mais les questions disparaissent lorsqu’on apprend que ce sénateur Nouveau centre de la Meuse a été condamné, le 24 février 2011, à 5 ans d'inéligibilité, deux mois d'emprisonnement avec sursis et 10 000 euros d'amende pour prise illégale d'intérêts par la Cour d'appel de Nancy. En première instance, il avait déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Verdun aux mêmes peines d’inéligibilité et d’amende et à six mois de prison avec sursis. Claude Biwer va se pourvoir en cassation, ce qui a un effet suspensif, a précisé son avocat Me Bernard Thibaut.

Cet allié des pétroliers, sénateur depuis 2001, vice-président de la commission spéciale du Sénat sur le crédit à la consommation et président de l’Association des maires de la Meuse, a déjà été condamné à trois reprises entre 1998 et 2000 pour conversions irrégulières de CDD en CDI, détournement de subventions du conseil général et au cours des années 2000 pour des irrégularités dans les attributions de marchés publics, détournement de fonds publics et complicité de travail dissimulé, ainsi que pour faux et usage de faux. Il avait alors déclaré qu’il était « gênant politiquement » car « trop indépendant, trop droit, trop carré », ce qui expliquait selon lui ses déboires judiciaires. Il n’y a guère que lui pour croire en sa droiture et son indépendance.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents