L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


Forum Santé pour Tout savoir sur la Directive sur les remèdes traditionnels à base de plantes (THMPD).

Publié par www.greens-efa.org sur 20 Juin 2011, 09:33am

Catégories : #Santé- Thérapie- Dépistage- Pharmacopée

k2212892

Le 21 Juin 2011, de 13 à 16 heures, aura lieu au Parlement Européen à Bruxelles, (Salle A5G3), un Forum Santé pour Tout savoir sur la Directive sur les remèdes traditionnels à base de plantes (THMPD).

Ce Forum, traduit en français, anglais et allemand, sera présidé par les eurodéputés Verts/ALE Michèle Rivasi, Satu Hassi, Heide Rühle, Carl Schlyter and Bart Staes, et relayé en direct sur Internet : http://greenmediabox.eu/live/thmpd.

Les internautes pourront poser leurs questions, via twitter, en insérant #THMPD dans leurs questions. Cet événement, ouvert au public, a pour objectif de créer un lieu d'échange permettant de répondre aux interrogations et de mettre à jour les véritables risques posés par cette directive. Il vise également à rassembler des PME, des TPE, des ONG et des experts en santé naturelle de plusieurs Etats membres afin de directement interroger un panel de représentants de la Commission (DG SANCO), de l'Agence Européenne des Médicaments (EMA) et de l'Autorité européenne des aliments (EFSA).

Apres plusieurs introductions expliquant la Directive et ses enjeux par la directrice générale de la DG Sanco et une avocate spécialiste du droit de la santé, trois sessions de questions réponses sont prévues : l'une sur la mise en œuvre de THMPD, une seconde sur les risques et problèmes posés par cette directive, et la dernière sur les éventuelles révisions à envisager sur ce texte.

 La Directive 2004/24/EC sur les Remèdes Traditionnels à base de plantes (THMPD), adoptée en 2004, introduit une procédure allégée, plus simple et moins coûteuse d'enregistrement des remèdes traditionnels à base de plantes, tout en garantissant la qualité, l'innocuité et l'efficacité du produit. Les remèdes traditionnels à base de plantes déjà sur le marché ont bénéficié d'une période de transition exceptionnellement longue de 7 ans à la date d'entrée en vigueur de la Directive. Cette période transitoire de 7 ans s'est terminée le 30 avril 2011. Les produits et remèdes traditionnels à base de plantes qui n'ont pas été enregistrés à cette date ne peuvent plus de facto être sur le marché en tant que « médicaments ».

La directive THMPD ne s'applique pas aux médecines complémentaires et n'interdit aucune substance spécifique, praticiens de santé, livres ou plantes. Elle fait l'objet de plusieurs campagnes menées contre elle. Aux côtés d'arguments erronés parfois mis en avant, certaines préoccupations sont légitimes et justifiées. Ainsi, fin février 2011, la liste communautaire des substances, préparations et remèdes traditionnels à base de plantes déjà enregistrés ne comptait que 215 produits. Et seules 79 monographies communautaires de plantes médicinales ont été finalisées à ce jour.

Pour s’inscrire, merci d'envoyer : Nom et prénom, adresse, numéro d'identité et date de naissance à : michèle.rivasi@europarl.europa.eu et satu.hassi@europarl.europa.eu avant le 17 Juin 2011.

 

Isabelle Zerrouk, Attachée de presse

Tél fixe  00 32 2 284 27 42  00 32 2 284 27 42

Tél portable  00 32 477 319 474  00 32 477 319 474

Site internet: www.greens-efa.org

Thierry THEVENIN, déjà cité plusieurs fois sur ce site, a préparé 3 questions pertinentes à poser à nos députés :

 

1- L'usage médicinal des plantes médicinales s'est appuyé sur la construction et la transmission des savoirs oraux, bien avant que ne paraissent les premiers ouvrages scientifiques ; comment pourra-t-on respecter et préserver les connaissances médicales issues de cultures non écrites ?

Certains usages ont même pu parfois prospérer localement jusqu'à nos jours - y compris dans les sociétés européennes - complètement en dehors du champ de connaissance de ce corpus.

Il peut s'agir parfois simplement d'un usage original ou d'une indication particulière, mais il peut aussi s'agir d'une espèce à part entière. Par exemple, pour la France, le cas de Plantago sempervirens Crantz est éloquent : jamais cité dans aucun ouvrage médical, il est pourtant un cicatrisant d'usage notoire et ancien dans la région du Lubéron en Haute-Provence.

 

2 – Une tisane simple d'une plante sèche en l'état, pour laquelle il serait revendiqué une indication thérapeutique écrite notoire sur l'emballage serait-elle visée par cette procédure d'enregistrement de l'usage traditionnel et serait-elle obligatoire pour chaque nouvel opérateur ? par exemple tisane de graines de fenouil ou tisane de feuilles de menthe digestives.

 

3 - Dans un contexte où l'automédication devient une pratique banale et où le regain d'intérêt pour les médicaments  traditionnels à  base de plante et les compléments alimentaires à  base de plantes est manifeste, l'Union européenne ayant produit des directives sur l'harmonisation des qualifications professionnelles, ne serait-il pas judicieux d'accompagner le dispositif d'enregistrement simplifié des médicaments à  base de plante et celui de la mise sur le marché des compléments alimentaires à  base de plantes, par une véritable harmonisation du métier d'herboriste au niveau européen, sachant que cette profession fut organisée en France par le passé et est toujours existante ce jour en Italie, GB et en Belgique ?

 

Vous pouvez, à votre tour, préparer les questions qui vous concernent particulièrement, cela pourrait aider à clarifier la situation.

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents