L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


Foetus avorté dans les vaccins et autisme ?

Publié par Mark Armstrong sur 3 Novembre 2013, 12:40pm

Catégories : #Vaccins- Ce qu'il faut savoir-Effets secondaires

942634-r.jpg

Mark Armstrong, 24 Juin 2010

Ne devrions-nous pas savoir si le fait d’injecter de l’ADN de foetus avortés chez nos enfants est sans danger et si ce fait est aussi moral ?

Ne mâchons pas nos mots. Nous avons affaire ici à un réel problème .L’automne dernier une nouvelle étude publiée dans le Journal de l’Académie Américaine de Pédiatrie, Pediatrics, a trouvé une prévalence d’autisme (rapporté par des parents) de 1 cas sur 91 enfants Américains et de 1 cas sur 58 garçons. Depuis des années des groupes comme « Autism Speaks » et des personnalités comme Jenny McCarthy et John Travolta ont tenté de découvrir les causes de cette augmentation dramatique des cas d’autisme . Pendant tout un temps on a pensé que les vaccins étaient les coupables suite au thimérosal (conservateur mercuriel) que contenaient certains vaccins.

Maintenant une chose plus sinistre encore pourrait s’avérer être le lien manquant, il s’agit de l’ADN de bébés volontairement avortés et utilisé dans plusieurs vaccins destinés aux enfants. De nouvelles recherches sont actuellement en cours après que les dernières études ont renforcé le fait que l’utilisation de ces vaccins contaminés correspondait parfaitement avec le pic des taux d’autisme partout dans le monde.

Ce printemps le Dr Thereas Deisher, présidente du Sound Choice Pharmaceutical Institute (SCPI), de même que le Directeur de l’Ave Maria Biotechnology Company ont reçu un demi million de dollars pour étudier le lien entre l’ADN résiduel de bébés volontairement avortés, les vaccins pour enfants et l’autisme. Ceci fait probablement suite à l’annonce de la « U.S. Environmental Protection Agency (EPA) faisant état de données identifiant l’année 1988 comme « plaque tournante » par rapport à l’augmentation des taux d’autisme

Selon le Dr Deisher, le seul élément environnemental correspondant à la tendance statistique ayant trait à l’autisme et la « plaque tournante » identifiée par la FDA a été l’introduction de vaccins contaminés au moyen de tissus de bébés volontairement avortés. Il y a même encore des nouvelles plus inquiétantes quand on se penche sur d’autres « plaques tournantes » tant aux Etats-Unis que dans le reste du monde :

Nous observons une « plaque tournante » en 1988 ; une autre en 1995 et ce qui caractérise ces deux années, c’est qu’elle sont en association non avec le mercure des vaccins, non avec un relâchement dans les diagnostics de l’autisme, non avec les micro ondes, non avec les téléphones portables… Il ne s’agit d’aucun de ces facteurs sociologiques ou environnementaux parce que nous les avons tous étudiés.

Alors de quoi s’agit-il ?

Le seul événement que nous avons pu trouver au cours de plusieurs décades et à travers tous les continents et qui a un rapport avec TOUTES ces « plaques tournantes » est l’introduction dans ces pays d’ADN de fœtus avortés introduit dans les vaccins.

L’une de ces « plaques tournantes » correspond aux Etats-Unis à l’année 1995, la même année où le vaccin contre la varicelle contaminé par de l’ADN de fœtus avortés fut introduit.

« Et la progression de l’autisme à partir de cette année là a été dramatique » a déclaré le Dr Deisher…

(Extraits)

http://catholicexchange.com/2010/06/24/131454/

Chose extrêmement intéressante à noter à ce sujet: les "grands experts" eux-mêmes ont mis en garde,à l'occasion de la réintroduction progressive des farines animales, du risque de réapparition des prions (maladie de Kreutzfeld Jacob) avec cette forme de "cannibalisme" particulière à savoir le fait qu'une espèce donnée en arrive à se nourrir avec des farines produites à partir des carcasses de son espèce. C'est intéressant de se rappeler ceci car, en recourant à des cellules de foetus humains avortés et en utilisantcelles-ci pour la production de vaccins humains, on se retrouve dans une situation tout à fait analogue où un ADN humain se retrouve "en cohabitation forcée", en dehors de toute grossesse et en violation totale avec les lois de la nature, chez un autre humain doté de son propre patrimoine génétique. Il ne serait donc pas du tout étonnant ou surréaliste que cette sorte de "cannibalisme réinventé" puisse se solder par d'autresdésordres neurologiques comme l'autisme.

http://expovaccins.over-blog.com/article-avortement-vaccins-autisme-un-lien-possible-entre-l-utilisation-de-foetus-avortes-pour-la-produc-78879605.html

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents