L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


Délation : La Miviludes invite les médecins à lui « signaler » les thérapeutes « dérivants ».

Publié par Sylvie Simon sur 3 Novembre 2011, 16:57pm

Catégories : #Société - Corruption - Dérives- Scandales Sanitaires

4662739519_ddea35d01a.jpgLe 14 novembre 2011, Jean-Luc Martin Lagardette écrivait : « La guerre déclarée en France contre les sectes évolue nettement aujourd’hui contre les médecines non conventionnelles (dites douces, parallèles ou différentes). La Miviludes, officiellement infiltrée dans l’appareil d’État (Justice, Intérieur, Santé), demande maintenant aux médecins de lui “signaler toute situation suspecte” ». (cf. JLML.fr)

C’est ainsi que nous avons appris que Hervé Machi, secrétaire général de la Miviludes, est en rapport étroit avec le Conseil de l’ordre des médecins : « Le Dr Patrick Romestaing, président de la section Santé publique et Démographie médicale, est notre référent. Il assiste à nos réunions depuis plusieurs années et participe à nos travaux. L’Ordre a nommé des référents "dérives sectaires" dans tous les conseils départementaux. Depuis, la Miviludes reçoit une dizaine de signalements quotidiens provenant de conseils départementaux : preuve qu’il existe un réel besoin sur le terrain ».

Photo 125 Hervé Machi invite les médecins à informer la Miviludes « de toute situation suspecte, par courrier postal ou par mail », ainsi que l’ARS (agence régionale de santé), et le procureur de la République du tribunal de grande instance. La Miviludes se chargera alors de coordonner les actions de prévention et de répression entre police, justice, éducation nationale et monde médical : « Elle peut appuyer les signalements auprès de la justice et faire avancer les dossiers plus facilement ».

La Miviludes avait déjà réussi à intégrer le Groupe d’appui technique sur les pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique créé par le Pr Didier Houssin afin d'évaluer les médecines non conventionnelles et leur impact sur la santé publique. Dans cette assemblée totalement incompétente pour émettre le moindre avis valable sur des médecines dont ils ignorent tout mais qu’ils accusent d’être inutiles et souvent « dangereuses », on ne trouvait aucun praticien de l'une de ces médecines, même pas un homéopathe ou un ostéopathe, disciplines pourtant reconnues en France.

1-sectes-rapport-assemblee-fenech 222En revanche, la présence de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), composée d’individus obsédés, autoproclamés spécialistes de sectes qu’ils voient à tous les coins de rue, mais surtout qui ne connaissent RIEN à la médecine, était pour le moins surprenante.

Et voilà qu’à présent, grâce à la Miviludes qui réclame un référent « dérives sectaires » par départements au Conseil de l’ordre et prépare un guide sur les « dérives sectaires » dans la santé pour les praticiens, tout thérapeute, médecin ou non, pourra désormais faire l’objet d’une délation s’il pratique une médecine différente, non encore homologuée par l’Académie de médecine sous prétexte qu’elle n’est pas « scientifiquement prouvée. Cela se pratiquait déjà, mais cette fois-ci, c´est encouragé officiellement et l’ordre des Médecins va consacrer  son prochain bulletin à cet encouragement de délation.

Comment peut-on imaginer sans révolte que le gouvernement  français, dont la devise est Liberté, égalité, Fraternité, puisse être complice de ce genre de pratique qui porte atteinte à tous ces droits fondamentaux ?

5968371639_fc8ae8b457.jpgLa Miviludes, qui réclame une « dénonciation citoyenne » contre ceux qui n’adhèrent pas à la pensée dominante, ressemble, par son rôle de police administrative des esprits, à la police hitlérienne.

Il y a quelques mois, nous avons pu voir sur une chaîne de la télévision française, une émission qui essayait de démontrer la différence entre la délation, qui n’était pas, aux yeux des intervenants, une vertu recommandée, et la dénonciation, considérée comme un acte citoyen.

Il est vrai qu’il faut dénoncer les actes criminels, mais en l’occurrence ce n’était pas la question ce jour-là. En effet, parmi les défenseurs de la « dénonciation citoyenne », on reconnaissait l’ancien ministre de l’intérieur Charles Pasqua — ce qui n’étonnera personne — et Georges Fenech, qui dénonce tout ce qui, à ses yeux, représente un danger pour notre société et nos enfants. Aussi, a-t-il fortement conseillé de dénoncer tous ceux qui pratiquent les dérives qu’il qualifie de sectaires : enseignement à domicile, régimes alimentaires non conventionnels comme le végétarisme, thérapies alternatives, et refus de vaccination.

3707229703_c3b05c4154.jpgLes Nazis, tout comme le régime stalinien, incitaient aussi la population à la délation, pour son plus grand bien évidemment. En France, sous le régime de Vichy qui a créé l’ordre des Médecins, cette délation, alors aussi appelée dénonciation, a parfaitement fonctionné, à la surprise même de la Gestapo. Allons-nous continuer dans cette voie alors que nombre de gens ont donné leur vie pour la liberté ?

Comme de nombreux médecins l’ont dénoncé sur Internet, quelles que soient vos convictions, refusez de dénoncer vos pairs, refusez haut et fort de vous prêter à de telles actions qui, un jour, suivant les lois de la physique quantique, reviendront certainement en boomerang sur les coupables.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents