L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


Biopiraterie : l'Inde a Monsanto en ligne de mire

Publié par Clémentine Desfemmes sur 29 Août 2011, 11:13am

Catégories : #OGM- Monsanto- Pesticides

securedownload-copie-2Pour la première fois, l'Inde entreprend des poursuites judiciaires à l'encontre d'une entreprise privée qu'elle accuse debiopiraterie. Monsanto, le tristement célèbre semencier, aurait en effet mis au point uneaubergine génétiquement modifiée à partir de variétés cultivées en Inde (le pays en compte près de 2500), sans en avoir demandé l'autorisation à l'autorité indienne de la biodiversité. Les agriculteurs indiens qui cultivent ces variétés d'aubergines n'auraient pas non plus été consultés, et aucune participation aux bénéfices réalisés dans le cadre de l'exploitation commerciale de l'aubergine OGM n'aurait été prévue pour eux. Ceci est contraire à la loi sur labiodiversité votée en 2002 : l'Inde a décidé de réagir face à cet acte de biopiraterie, et de porter plainte. On comprend d'autant plus la colère des autorités indiennes et des cultivateurs, quand on sait que cette aubergine OGM était destinée au marché indien.

Où en est l'Inde en matière d'OGM ?

Cette annonce fait écho au moratoire sur les aubergines génétiquement modifiées qui avait été décrété par le Ministère indien de l'Environnement, en février 2010, et qui a été reconduit cette année. Pour l'heure, seul le coton OGM est autorisé dans le pays (l'Inde est actuellement le 2e pays producteur d'organismes génétiquement modifiés, à cause de la culture de ce coton OGM), mais la pression OGM ne faiblit pas, Monsanto ayant par ailleurs déposé en juin une demande de recherches sur les oignons génétiquement modifiés.

 
Les opposants aux OGM marquent un point : Monsanto se voit poursuivi en justice par l'Inde pour biopiraterie, après avoir utilisé en catimini des variétés locales d'aubergines afin de produire un OGM.

Clémentine Desfemmes

Crédit photos : quisnovus

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents