L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon  (1927/2013)

L'Atelier de la mémoire de Sylvie Simon (1927/2013)

Révéler la désinformation et les mensonges en matière de santé et d'environnement et éveiller les consciences


Au Québec, la santé publique relève d’une dictature

Publié par Sylvie Simon sur 8 Décembre 2011, 21:37pm

Catégories : #Société - Corruption - Dérives- Scandales Sanitaires

5193215539_025cfa1328.jpgVoici une information que nous venons de recevoir du Canada :

 

« Tout le personnel des écoles a reçu un avis selon lequel nous avons une semaine pour fournir une preuve de vaccination contre la rougeole pour les gens nés après 1970, sans quoi nous serons suspendus de nos fonctions SANS SALAIRE pour une période minimale de 14 jours... Les enfants non-vaccinés, ou qui n'ont pas de preuve vaccinale, seront eux aussi renvoyés à la maison pour 14 jours minimum. »

Ainsi, tous les membres du personnel, direction, enseignants et bénévoles qui refuseront de se faire vacciner contre la rougeole seront en congé forcé SANS SOLDE pour un temps indéterminé. Cette mesure, proclamée par la Santé Publique et en totale collusion avec l'Industrie pharmaceutique, rend ainsi la vaccination obligatoire.

 

Or, au Québec, la vaccination est un libre-choix. D’ailleurs, l’article 1 de la Charte québécoise des droits et libertés, stipule que « Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu’à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de sa personne. Il possède également la personnalité juridique. »

Et l’article 7 de la  Charte canadienne des droits et libertés confirme que « Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu'en conformité avec les principes de justice fondamentale. »

Quant au Code civil du Québec, l’article 11 va dans le même sens : « Nul ne peut être soumis sans son consentement à des soins, quelle qu'en soit la nature, qu'il s'agisse d'examens, de prélèvements, de traitements ou de toute autre intervention. »

3521514721_39e398545b.jpgUn jugement a été rendu en mars 1990 et un juge a reconnu que lors d'une épidémie (comment déterminer quand il y a « épidémie » ?) de rougeole, les parents ne sont pas tenus de faire vacciner leurs enfants, mais doivent les retirer de l'école jusqu'à ce que se résorbe la situation. 

Cependant, La Loi sur la santé publique du Québec, à l'article 123, déclare ceci :   « Au cours de l'état d'urgence sanitaire, le gouvernement ou le ministre peut ordonner la vaccination obligatoire de toute la population contre la variole ou contre une autre maladie contagieuse menaçant gravement la santé de la population. »  Dans cette disposition, un juge d'une cour municipale peut même ordonner la vaccination obligatoire pour tous les citoyens...

Donc, selon ces lois, l'école peut retirer les enfants des écoles en toute légalité, tout comme elle peut priver ses employés de salaire pendant un temps jugé nécessaire. Même contraintes pour tous les employés dans tous les domaines. La vaccination est réputée être non-obligatoire au Québec, mais elle est en fait obligatoire dans des circonstances préétablies.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents